De la beauté à l'Amour

« Plus on aime quelqu’un et plus on découvre sa beauté ; et plus on voit sa beauté, plus on l’aime. » (Père Pierre Ceyrac)

Dans son remarquable petit livre « Cinq méditations sur la beauté », François Cheng assimile la beauté au bien. Pour lui, il n’y a pas le bien et le mal, mais le beau face au mal — la beauté comme condition du salut. La beauté intérieure d’un être apparaît comme un surgissement, et c’est le grand prodige de l’amour de libérer la source… du regard. Car aimer, c’est toujours d’abord apprendre à contempler. Et contempler, c’est toujours en fin de compte découvrir la beauté derrière l’apparence des choses, jusqu’au cœur de l’invisible. Au même titre que l’on ne comprend véritablement que ce que l’on aime, on ne saurait aimer qu’à la mesure de ce que l’on contemple en l’autre. La contemplation devient la mesure de l’amour, et l’amour la mesure de la contemplation, dans une interaction réciproque et bénéfique. Le double mouvement évoqué par le Père Ceyrac (la beauté générant l’amour, et réciproquement) définit la spirale de l’amour, un amour qui n’en finit pas, qui est perpétuellement stimulé et nourri, et qui suit un irrésistible mouvement ascensionnel. Cette spirale de l’amour peut tout aussi bien inspirer les amoureux que les mystiques, et tous les êtres épris d’absolu dans la rencontre fraternelle.

François Garagnon
Auteur du best-seller “Jade et les sacrés mystères de la vie”
Dernier livre paru : "Joy et la divine quête du bonheur"
Tous les livres de François Garagnon sont disponibles sur le site www.montecristo-editions.com


 

Orchydia ©  │ © Les textes ne peuvent être copiés sans autorisation  │  Coaching et formations à Genève